1. Blog/
  2. Nouvelles/
  3. WhatsApp dit qu’il ne remettra pas les données des utilisateurs aux autorités de Hong Kong

WhatsApp dit qu’il ne remettra pas les données des utilisateurs aux autorités de Hong Kong

WhatsApp dit qu'il ne remettra pas les données des utilisateurs aux autorités de Hong Kong

Les messages privés pourraient être utilisés contre les résidents de Hong Kong en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale.

WhatsApp a annoncé qu’elle ne remettra aucune donnée d’utilisateur aux autorités de Hong Kong lorsqu’elle recevra des demandes officielles en ce sens, du moins pour le moment.

Comme l’a rapporté le Wall Street Journal, cette annonce intervient après que la Chine ait introduit sa nouvelle loi sur la sécurité nationale, qui interdit aux résidents de Hong Kong de critiquer le gouvernement chinois en ligne et en personne.

Pour protéger vos données contre la surveillance d’Internet et les garder anonymes – utilisez RusVPN sur vos appareils dès maintenant !

Lors des manifestations de l’année dernière, de nombreux habitants de Hong Kong se sont tournés vers les services de messagerie cryptée pour communiquer et s’organiser. Cependant, maintenant que la loi sur la sécurité nationale chinoise a été adoptée, beaucoup craignent que les autorités chinoises n’essaient de forcer les entreprises à accéder aux messages privés des utilisateurs.

  • Les États-Unis s’apprêtent à bloquer l’activation d’un câble sous-marin controversé
  • Pourquoi les résidents et les visiteurs de Hong Kong doivent maintenant utiliser un VPN
  • Nous avons également mis en avant le meilleur VPN de Hong Kong

Certains utilisateurs étaient si inquiets qu’ils ont supprimé leur compte avant même que la loi ne soit adoptée.

Demandes d’informations

WhatsApp a été la première entreprise à annoncer qu’elle suspendait le traitement des demandes de données d’utilisateurs émanant des services de police de Hong Kong après la loi chinoise sur la sécurité nationale. Cette annonce a été suivie plus tard par une déclaration de sa société mère Facebook, dans laquelle un porte-parole a déclaré qu’elle suivrait également cette voie :

« Nous pensons que la liberté d’expression est un droit humain fondamental et nous soutenons le droit des personnes à s’exprimer sans craindre pour leur sécurité ou d’autres répercussions ».

WhatsApp, Facebook, Telegram et Twitter ont tous publié des déclarations disant qu’ils mettraient en pause toutes les demandes de données et d’informations des autorités de Hong Kong. Bien que ce soit une bonne nouvelle pour les habitants de Hong Kong, cela mettra toutes les entreprises susmentionnées en conflit avec le gouvernement chinois, qui pourrait décider d’interdire l’utilisation de tous ces services dans la ville.

Les messages et FaceTime d’Apple utilisent également un cryptage de bout en bout. Au moment où nous écrivons ces lignes, il n’est pas encore clair si le fabricant de l’iPhone adoptera ou non une position similaire concernant la loi chinoise sur la sécurité nationale.